AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

'Cause I need to talk [Bry']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

rang : Les passions violentes, ont souvent des fins violentes
Féminin Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2010
Messages : 213
Pseudo : Avalon
Copyright : Jane
Avatar : Leighton Meester
Groupe : Paris et Hélène

Age du personnage : 21 ans
Origine : Italienne
Statut : En couple
Occupation(s) : Le shopping et ...
Localisation : En face chez Dior


Diary
Notes personnelles:
Relationship:


MessageSujet: 'Cause I need to talk [Bry'] Jeu 29 Avr - 19:32


PARCE QUE RIEN NE REMPLACE JAMAIS UNE AMIE


    La lecture, les images, tout était basé sur la vue, ce sens à la fois délicieux mais également celui qui tourmente le plus. Si chacun d’entre nous était aveugle, je pense que l’être humain serait moins faible car moins pris de ces sentiments qui obstruent la gorge et aveuglent la raison. La passion selon les romains étaient à éviter car destructrice. Ils avaient raison. Passant ma main fine devant mes yeux, je serrais les lèvres, mes prunelles noyées d’un chagrin incompréhensible, victimes d’une image à laquelle j’aurais dû m’attendre mais qui en réalité me fit terriblement mal. Attrapant mon rouge à lèvres, j’en déposais une fine couche sur ma bouche avant de glisser mes doigts dans mes cheveux pensive. Le brun de mes mèches luisait légèrement, alors qu’elles retombaient en vagues souples sur mes épaules et mes seins. Me glissant dans un jean, j’enfilais un haut simple tout en attrapant mon portable que je jetais dans mon sac à main avant de le pendre à mon épaule. Sortant de la chambre sur mes talons noir, je m’avançais dans le couloir la tête dans les nuages. La journée avait été longue et même dure pour moi-même. J’avais heureusement eu le temps pour dessiner et ce que j’avais peins ne m’avait même pas plut. Bien au contraire…. Le pinceau, je l’avais déposé alors qu’un trait noir s’était dessiné sur toute la longueur. J’avais crée un paysage tourmenté par la notion de tristesse, les arbres sans feuilles abaissant leurs branches sous un vent violent et déplaisant. Avec une moue, j’avais saisit un pot de vert clair avant de le lancer sur la toile. Respirant faiblement, j’avais remarqué alors que j’en étais barbouillée de la tête au pied. Fermant les yeux agacée, je soufflais profondément pour me calmer, avant de saisir mon torchon et d’essuyer mon vêtement. Du coup, résultat, j’avais du traverser les couloirs avec des vêtements tâchés de vert et une excuse médiocre et passe partout tout en jouant la pimbêche et en jetant des regards meurtriers à quiconque osait faire une ébauche de sourire. Grimaçant faiblement en me remémorant cette scène, je m’arrêtais devant la cafétéria avant de commander une boisson énergisante car je me sentais vider de toutes forces. Comme je pouvais être stupide. Tournant la tête, je laissais mes iris sombres glisser dans la salle et apercevant un homme, plutôt bien fait de sa personne, je lui souris lentement avant de lui faire un léger signe de la main, tandis que mes bracelets cliquetaient, de larges bracelets en or qui me venaient de ma grand-mère et de chez Dior. Il sourit à son tour et je compris qu’il allait venir me voir. Jetant un coup d’œil à ma montre, je constatais qu’il me restait un peu de temps et je laissais cet homme venir vers moi. La discussion ne me détourna pas de mes pensées bien au contraire. Il fallait que je compare chacune de ses facettes, de ses mimiques à celle de Gio. Pinçant mes lèvres, je me penchais et pressais ma bouche sur la sienne soudainement. Puis glissant ma langue sur mes lèvres en reculant, je soupirais légèrement alors qu’il souriait avant de se pencher. Collant mes doigts à sa bouche, je soufflais doucement. « Plus tard, je dois y aller. » Puis me levant avec élégance, je sortis de la salle pour rejoindre sa chambre. Je savais où elle était mais visiblement je m’étais perdue en chemin. Et les couloirs étaient de ceux extrêmement long et surtout complètement ressemblants. Sortant mon portable, je le levais pour remarquer que je n’avais plus de batterie « Génial… » M’immobilisant, je fis signe à un garçon pas vraiment mignon, mais qui pourrait m’être utile tandis que je battais légèrement des cils avec un sourire charmeur. « Je cherche le dortoir des filles, je pense m’être trompée en revenant de la cafétéria » Il répondit à mon sourire et il était clair qu’il n’avait pas le même impact que celui de nombreux autres. Retenant une légère grimace, il me fit un signe et je suivis son bras. « Je te remercie » Puis relevant la tête fièrement, je repris ma route avant de retrouver le couloir de Bry. Il était en effet complètement incompréhensible que je me sois perdue après tant d’année à l’université mais je devais être tout simplement plus perturbée que prévue. Cognant doucement à sa porte, je soufflais.

    -Bry tu es là ?

    J’entendis un léger son et en conclus que la jeune fille était dans sa chambre. Poussant la porte, je la vis sur son lit et laissant tomber mon sac je m’approchais d’elle avant de la serrer dans mes bras. Comme moi j’avais appris et ce bien plus tôt qu’elle était mal pour je ne sais quelle raison. Sans doute des problèmes de cœur ou d’amitié. C’était de toute façon toujours la chose qui nous foutait en l’air. La relâchant, je lui souris.

    - Alors dis-moi tout, je nous ai emmené des bonbons.

    Tant pis pour le régime. Sortant les paquets, je les jetais sur le lit avant de m’asseoir en tailleur prête à l’écouter et à la conseiller. Car bien évidemment je ne savais pas me taire et j’avais donc toujours besoin de donner mon avis ou bien entendu de la conseiller. Mais les amies étaient là pour ça non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 31
Date d'inscription : 23/04/2010
Messages : 434
Pseudo : ksweety
Copyright : sasm
Avatar : Jessica Stroup
Groupe : Roméo & Juliette
Age du personnage : 22 ans
Origine : Italo - Americaine
Statut : Célibataire :'(


Diary
Notes personnelles:
Relationship:


MessageSujet: Re: 'Cause I need to talk [Bry'] Ven 30 Avr - 3:55


Les émotions! Voilà quelque chose qui tourmente plus d'une âme, plus d'une personne innocente qui ne cherche à la base seulement qu'un peu de bonheur...Les émotions sont présentes partout, à tout moment, dans n'importe quel endroit et elles peuvent être de natures diverses et variées. Lorsqu'une émotion joyeuse nous frappe il n'y a rien à redire et on la prend avec plaisir mais si il s'agit d'une émotion négative, alors là on se croit anéantie et on ne voit pas le positif qui pourrait en ressortir au final. C'est de ce genre d'émotion là dont j'étais traversée et j'avais quand même réussit à passer outre et à me décider à sortir de ma léthargie. De toute façon je n'avais pas vraiment le choix vu que Nick m'avais donné rendez-vous au parc et je me devais de ne pas décevoir mon meilleur ami. Je ne pouvais pas décevoir ceux qui croyait en moi, je me devais d'être au top pour eux, je devais contrôler toute émotion qui provenait de moi pour pas qu'ils me voient telle que je me sentais actuellement. C'est pourquoi je m'étais préparer le plus simplement du monde, je m'étais habillée d'un simple jean et d'une tunique par dessus...Pour ce qui était de mes cheveux, j'avais simplement passer deux fois la mains dedans et comme ils étaient courts cela suffisait à me rendre une apparence à peu près normale. C'est après un rapide passage devant le miroir que mon image qui m'était renvoyée me fit un peu peur et c'est là que je décidais de me faire rayonner un peu plus afin de camoufler les sombres émotions qui étaient en moi. Et une fois que je fus totalement ou presque comme d'habitude je sortit en direction du parc avec mon sac sur l'épaule et mes chaussures à talons aux pieds. Cette après-midi me fit presque oublier qu'on pouvait en l'instant de rien, oublier toutes émotions négatives qui nous traversent. Et ce n'est qu'en revenant chez moi ou plutôt dans la chambre qui était mienne et que je partageais avec Jazz que je fus à nouveau submergée par tant de tristesse et de désespoir. C'est ainsi que l'on pouvait nommé ces émotions aujourd'hui. En fait elles ne sont pas revenues tout de suite et ce n'est qu'après avoir passé une heure sur mon ordinateur à naviguer sur facebook qu'il s'est passé tout un tas de choses bizarres, s'enchaînant les unes aux autres... Alors une fois que je fus bien détruite moralement, je fermais mon ordinateur et alla m'allonger sur mon lit tout en me recroquevillant sur moi-même, le regard perdu dans le vide... Avec tout ça en plus j'en avais totalement oublier sa venue, la venue de Mercedes, celle qui était toujours prête à m'écouter et que j'aimais écouter... On s'était découvert comme de vraies confidente la chose venait en réalité très naturellement. D'ailleurs cela ne m'empêcha pas de m'endormir paisiblement et tourmentée, toujours en position fœtale.

-Bry tu es là ?

Je m'éveillais tout doucement en entendant ce souffle familier qui provenait tout droit de ma porte et je mit quelques secondes à me rappeler de la venue de mon amie. Mais en me réveillant j'étais comme vidée et je n'avais plus de force pour me lever et aller ouvrir. C'est pourquoi je fis une sorte de grognement pour indiquer que j'étais bien présente dans la pièce et ainsi indiquer que la personne pouvait entrer... Mais espérant que je n'avais pas fermé à clé je ne pus m'empêcher de dire un faible :

" oui "

J'entendis la porte s'ouvrir et peu de temps après j'entendis un bruit sourd sur sur le sol ainsi que la porte se refermer...Je ne relevais même pas la tête mais je sentis tout de même deux bras passer autour de moi et qui me serraient. J'appréciais ce geste tendre et je m'y blottis l'espace d'un moment pour pouvoir me reposer contre une amie et une oreille que je savais attentive. Mercedes tout en me tenant contre elle me demanda de tout lui dire et qu'elle avait même emmener des bonbons. Là un sourire furtif traversa mon visage et quand elle se leva pour aller chercher les paquets de bonbons qu'elle lança sur le lit je m'assit dessus, dos contre le mur histoire d'avoir un dossier. Puis Mercedes se mit en tailleur à côté d'elle sur le lit aussi et elle attendait surement que je passe aux aveux mais je détournait un peu la conversation pour le moment je faisais trainer en longueur.

" Merci pour les bonbons et tu sais il n'y a rien de bien intéressant en ce moment...je dirais même qu'il n'y a rien du tout... Je ne sais plus trop où j'en suis!!! Et toi alors tu n'as pas des choses à me raconter? "

Encore une fois j'essayais d'enfouir mes problèmes pour m'occuper des autres avant qu'on ne s'occupe de moi...Pour cela j'étais une amie exceptionnelle et les amis sont fait pour être là en toute circonstance, qu'on aille bien ou moins bien...Les amis sont présents tout le temps et s'oublient souvent même pour venir en aide aux autres.


_________________

Ma vie, elle et lui...
Trois personnes qui occupent mes pensées,
eux qui sont toujours à mes côtés
et qui ne m'abandonneront jamais...
BRYANNA KARLY LLEWELLYN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

rang : Les passions violentes, ont souvent des fins violentes
Féminin Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2010
Messages : 213
Pseudo : Avalon
Copyright : Jane
Avatar : Leighton Meester
Groupe : Paris et Hélène

Age du personnage : 21 ans
Origine : Italienne
Statut : En couple
Occupation(s) : Le shopping et ...
Localisation : En face chez Dior


Diary
Notes personnelles:
Relationship:


MessageSujet: Re: 'Cause I need to talk [Bry'] Ven 7 Mai - 20:35

    J'avais une taille de guêpe et j'en avais parfaitement conscience. Cependant, manger était une deuxième nature chez moi bien que ce secret n'ait été confié qu'à peu de monde. Certaines filles désespérées ne mangeaient plus rien et ce, pour une raison que je ne comprenais toujours pas. Sans doute que j'avais parfaitement hérité de ma mère et de mon père inconnu mais il se trouve que prendre un gramme était très dure de mon côté, même en ne mangeant que des cochonneries, bien que la cellulite comblait avidement ce manque de matière grasse flagrante. Ainsi, j'étais obligée de faire du sport et la gymnastique me sauvait la vie si je pratiquais régulièrement. Et heureusement, car à côté, lors de chagrins et de déprimes, je mangeais toujours énormément et bien entendu, que des conneries. Ce qui n'était pas sain et j'en avais parfaitement conscience mais comment faire autrement? Quand les larmes coulaient inébranlables le long de mon visage et que j'aimerais leur échapper, tandis que le chagrin obstruait ma gorge, que des boules se formaient dans mon estomac jusqu'à donner naissance à une pelote de laine énorme, quand mes mains s'écrasaient à mon visage, mes doigts s'enfonçant dans ma peau, mes cheveux se collant à mon épiderme trempé, et bien je mangeais. Des sodas, des gâteaux et bien entendu personne n'avait rien à me dire. Un carré de chocolat me remontait davantage le moral que les trois quarts des personnes ayant un intérêt dans ma vie. Hors Bry était l'une des rares à y parvenir facilement. Sans être du chocolat ni un appétissant gâteau à la crème. Mais même si elle allait sans doute réussir à me remonter le moral facilement, j'avais tout de même penser aux sucreries pour elle, tout comme pour des éventuelles baisses de morales, comme des pics malsains. L'écoutant attentivement, je sus qu'elle préférait pour le moment éviter le sujet de conversation qui la perturbait et je n'insistais donc pas. Elle m'en parlerait quand elle serait prête, nous ne nous forcions jamais l'une l'autre. Mais je n'avais pas prévu qu'on en vienne aussi rapidement à mon cas. Respirant profondément, je pris un bonbon après avoir ouvert le paquet pour le placer entre mes dents et le croquer doucement. Comment lui dire …

    -Et bien ….

    Ce qui m'embêtait ne devrait pas y parvenir. Voir certaines images ne devrait pas me toucher. Mais je n'y pouvais rien si au fond, j'étais détruite par ce genre de nouvelles. Du moins intérieurement. Respirant profondément, je secouais doucement la tête avant d'enrouler autour de mon doigt une mèche de cheveux brun. Comment lui dire... Peut-être avec le sourire. Je le peignis sur mon visage avant d'abandonner tout simplement.

    -Moi... je me demande... si rester avec Gio est une bonne idée. Je sais que je devrais rompre car je supporte mal ses virées mais je n'y parviens pas. Je suis comme piégée par cet attachement pour lui, alors qu'en réalité, on n'hésite pas à aller voir ailleurs.

    Je ne précisais pas qu'en réalité, il y allait beaucoup plus que moi et que finalement, je ne faisais que suivre le mouvement pour ne pas être en reste ou ne pas avoir le rôle de la petite amie trompée. De la conne pour aller plus loin. Mais je sais que je serais fidèle si notre couple avait eu un sens. Je n'aurais même certainement vu que lui. Je n'oubliais pas non plus le côté garce de ma personnalité, celle qui n'hésitait pas à faire des coups bas. Mais quand j'aimais, si je voulais le reconnaître ce que je me refusais à faire, et surtout si je me laissais aller, mais notre vie amoureuse aurait été différente.

    -Enfin... ce n'est pas bien grave.

    J'aimais à m'en persuader, me dire que je pouvais tenir même en le voyant dans les bras d'autres. Si bien que je pris un autre bonbon comme si je ne venais pas assez de me trahir moi qui aimais tant être forte. Soufflant légèrement, je penchais la tête pour changer de sujet.

    -Sinon je le vois très rarement, crois tu qu'il mérite une bonne leçon?

    Changement de sujet complétement raté. A croire que je n'avais aucunes raisons d'être malheureuse si ce n'est pour deux magnifiques yeux bleus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Age : 31
Date d'inscription : 23/04/2010
Messages : 434
Pseudo : ksweety
Copyright : sasm
Avatar : Jessica Stroup
Groupe : Roméo & Juliette
Age du personnage : 22 ans
Origine : Italo - Americaine
Statut : Célibataire :'(


Diary
Notes personnelles:
Relationship:


MessageSujet: Re: 'Cause I need to talk [Bry'] Sam 8 Mai - 17:36

    L'amitié est une chose très importante pour moi et je ne conçois pas ma vie sans amitié. Pour ma part c'est un sentiment primordial et un des sentiments les plus forts avec l'amour, d'ailleurs, l'amitié tiens une place un peu plus importante que l'amour sachant qu'en amitié on rassemble et l'un et l'autre. Certaines personnes se disent pouvoir très bien se passer de l'un ou de l'autre mais je n'y crois pas, tout simplement parce que sinon on a pas de vie et on doit se sentir terriblement seul. Alors bien sur on doit différencier les amis, des connaissances, aux copains si on ne veut pas être déçus ou se faire bouffer mais il suffit de mettre en action son jugement naturel. Il suffit de savoir reconnaître la vraie valeur des gens et ne pas se laisser berner par une fausse image qui nous serait volontairement envoyée comme c'est souvent le cas. Moi je suis plutôt du genre à être honnête et je n'aime pas qu'on se fasse une fausse idée de moi-même. Et si volontairement je montre une image de moi qui ne me ressemble pas, c'est seulement pour cacher ce que je ressens et pour que je puisse exercer mon rôle d'amie, de confidente, de sœur et autre avant qu'on ne s'occupe de moi. Si il y a une chose que je n'aime pas trop c'est qu'on prenne du temps pour moi alors que pendant ce temps je peux me rendre utile afin de "sauver le monde". Et c'est ce que j'entrepris de faire avec Mercedes qui se trouvait à présent à mes côtés, dans ma chambre. Mercedes était l'une des seules personnes avec laquelle je pouvais me permettre de me montrer avec mes faiblesses car je sais très bien qu'elle n'en profitera pas et qu'elle ne tentera pas de m'écraser à ce moment là. Au contraire la jeune femme cherchera à me faire parler en douceur et à m'aider ou me conseiller comme elle sait si bien le faire. C'est pour ça que je me sens si à l'aise avec Mercedes bien que pour cette fois je sentais qu'elle avait un besoin de parler encore plus grand que moi, surtout que je ne voulais pas trop parler de ce qui faisais mal, je voulais m'occuper l'esprit.
    Quand Mercedes commença à parler je la sentit hésitante sur ce qu'elle allait me dire et quand elle continua je ne fut pas si surprise que ça. A croire qu'en ce moment les problèmes de cœur était courant ici. Bref, j'entendis la belle brune me dire qu'elle ne savait pas si elle devait rester avec Giovanni et je restai silencieuse pour commencer car en réalité j'essayais d'avoir un jugement objectif sur lui et je voulais la conseiller au mieux. Je ne voulais pas qu'après on vienne me tenir pour responsable de telle ou telle situation qui aurait pu se produire par la suite. Et c'est pour ça que je l'écoutais bien attentivement, chose que je faisais à chaque fois en réalité. Mais c'est quand la jeune femme me dit que ce n'était pas grave que je me remis en action, je ne pouvais pas la laisser dire de telles bêtises. Mais je ne put en placer une que la jeune femme tenta désespérément de changer de sujet tout en mangeant des bonbons... Ce qui cela dit en passant me fit beaucoup sourire car sa tentative a misérablement bien échouée. Je piochais à mon tour dans le paquet de bonbon et après l'avoir mangé je lançais un soupir afin de commencer...


    Et bien je vois que tout n'est pas très simple pour toi et ne fais pas celle qui veut changer de sujet car apparemment cela n'est pas très concluant...

    Je lui souriais légèrement et réfléchissais à toute vitesse pour mettre mes idées en ordre et pour pouvoir l'aider dans son problème. Je voulais vraiment que Mercedes se sente bien et qu'elle n'ait plus autant de questions à propos de sa relation avec mon cousin. Et bien que je reproche à ce dernier de s'occuper trop de ma vie amoureuse, là je ne pouvais pas faire autrement que de se mêler de la sienne. Alors je regardais Mercedes et bien qu'elle venait de vouloir changer de sujet, je ne put m'empêcher de reprendre sur le sujet de son couple avec le jeune Vasconci...

    Écoute-moi bien ma belle, ce qui se passe avec Gio' est surement très compliqué pour toi mais pour ma part je trouve que vous allez très bien ensemble et cette histoire d'aller voir ailleurs peut changer j'en suis persuadée... Alors réfléchit bien avant de dire des trucs comme ça et ne dit pas que c'est pas grave!!!

    Je m'arrêtais un instant le temps de prendre un bonbon et le manger mais je ne laissais pas le temps à la belle brune de répondre à ce que je venais de dire que déjà je reprenais sur la suite de la conversation qui me faisait oublier un temps mes soucis personnels. Et je lui en étais reconnaissante pour ça.

    Et tu sais pour ce qui est de lui donner une leçon je ne suis pas contre après tout il le mériterait... Fais-lui comprendre que tu aimerais le voir plus souvent et fais-lui payer son absence... Je le connais bien, tu le sais vu que c'est mon cousin alors le remettre en place de temps en temps ne lui fera pas trop de mal...

    A cet instant précis j'avais une envie de vengeance moi-même contre lui et tout s'illuminait dans ma tête. Et cette histoire de bonne leçon était comme un jeu pour moi, c'était comme-ci Mercedes venait de me donner des idées pour que moi-même je lui fasse payer tout ce qu'il me faisait.

_________________

Ma vie, elle et lui...
Trois personnes qui occupent mes pensées,
eux qui sont toujours à mes côtés
et qui ne m'abandonneront jamais...
BRYANNA KARLY LLEWELLYN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 'Cause I need to talk [Bry']

Revenir en haut Aller en bas

'Cause I need to talk [Bry']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gettin'over you :: Ecole Västerbotten. ♠ :: Campus Örnsköldvik. ♦ :: les demoiselles logent ici ; interdit aux messieurs :: I. Jazz Dmitriev & Bryanna K. Llewellyn-
menu1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit